Actualités - La Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA) s’est inscrite dans une dynamique de facilitation de l’accès aux médicaments essentiels, en partant du "modèle de réussite de l’Initiative Pusch Model’’, a indiqué, mercredi à Bali (Indonésie), sa directrice, Annette Seck.

APS : Introduction de médicaments essentiels : la PNA va s’inspirer de l’initiative Push Model

L’Initiative Push Model consiste en un système d’entrepôt mobile d’approvisionnement en produits de planification familiale (PF), 

"A partir d’un modèle vertical de distribution de contraceptifs, la PNA va étendre la dynamique en tendant vers une intégration des produits et médicaments essentiels dans le système au niveau des centres et postes de santé", a annoncé Mme Seck.

La directrice de la PNA animait une session de la Conférence internationale sur la planification familiale (CIPF), dont la 4e session, ouverte lundi, se poursuit en Indonésie.

Son intervention portait sur "l’expansion nationale de l’Initiative Pusch Model pour assurer un accès aux produits contraceptifs et aux médicaments essentiels".

"L’aboutissement de cette expansion va être une révolution, une grande transformation de la chaîne d’approvisionnement", a soutenu Annette Seck, soulignant que les autorités sanitaires comptent, par ce biais, mette les médicaments essentiels à disposition de personnes présentes dans les zones les plus périphérique.

Il est temps que la chaîne d’approvisionnement se transforme et permette de lever les ruptures de stock pour que les populations disposent de médicaments en bonne quantité et au moment où elles en ont besoin", a-t-elle soutenu devant les représentants des partenaires du Sénégal dans le domaine de santé.

Selon sa directrice, la PNA a déjà "testé" l’Initiative Pusch Model (IPM), mis en œuvre par une agence d’exécution et des opérateurs privés, et qui a permis en deux ans (2012-2014) d’en finir avec les ruptures de stock en matière de produits contraceptifs.

L’application de cette initiative a permis de savoir que "la PNA était tout à fait en mesure de le faire", a indiqué Annette Seck.
L’Initiative Push Model (IPM) a été en 2012 sans la participation de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA), alors dans "un processus de transformation".

"Maintenant, il ne s’agit pas de se mettre en concurrence, mais de permettre à chacun de faire ce qu’il sait faire le mieux", a-t-elle assuré devant le ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal, Awa Marie Coll Seck, présente dans la salle.

La PNA va "probablement" assurer une partie de la distribution, la partie restant devant être confiée à des opérateurs privés, si l’on en croit sa directrice.

"Tout le monde est d’accord aujourd’hui que la chaîne d’approvisionnement doit être dans le sens où elle doit pouvoir faire de sorte que les médicaments aillent jusqu’au centre de santé et pourquoi pas jusqu’à la case de santé", a-t-elle relevé.

Avec ce programme dénommé "Jegge sina" (Je me rapproche, en langue nationale wolof), c’est un modèle de distribution concertée qui a l’avantage de régler le problème du financement.

"Nous faisons le dépôt vente et les médicaments sont payés après et les marges reversées au niveau du district sanitaire", a-t-elle expliqué.

La PNA compte par al suite évoluer vers le concept "Yeksina" (Je suis là, en wolof), pour atteindre ses objectifs de distribution à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, a poursuivi Mme Seck, 

Aussi la PNA a-t-elle profité de cette Conférence mondiale sur la planification "pour partager cette grande expérience qui est en train d’être mis en œuvre", selon le représentant d’IntraHelath, Modibi Dicko, qui a présenté les résultats de l’IPM.

Pour le "Pusch Model", a-t-il rappelé, la PNA avait décidé, après démarrage, "d’accompagner le projet, pas seulement avec les contraceptifs, mais avec d’autres produits essentiels introduits progressivement dans le circuit de distribution".

De 9 produits contraceptifs introduits dans le système, la PNA a testé à Saint Louis, en 2014, "l’intégration de tous les vaccins et à Fatick, en plus des contraceptifs, les produits de la mère et de l’enfant ont été introduits pour arriver à 33 produits", a-t-il signalé.

Financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, l’IPM concernait la distribution de la gamme complète des produits contraceptifs.

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal