Actualités - Elimination de la transmission mère-enfant du Vih : Une expérience réussie à l’Hôpital Principal de Dakar

Le Soleil : L’hôpital Principal de Dakar vient de réussir une grande expérience dans le cadre de l’élimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant. En visite au Sénégal, le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé,

Dans le cadre du programme d’élimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant, l’hôpital Principal de Dakar (Hpd) a piloté une expérience réussie. Sur 83 femmes enceintes vivant avec le Vih/Sida, 78 enfants nés de ces grossesses ont présenté 0 % de transmission du Vih/Sida. Une expérience réussie pour ce programme dont la phase pilote a débuté en 2000. Ces résultats ont été présentés au directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé, qui a visité, le 19 juin 2017, cette structure hospitalière.

Présenté par le Dr Ndèye Fatou Ngom et le Pr Khadidiatou Bâ Fall, ce programme couvre la période allant de juillet 2000 à juillet 2014. « C’est une équipe multidisciplinaire constituée de l’infectiologue, du gynécologue, du pédiatre, du biologiste, du pharmacien et autres spécialités si nécessaire. Ainsi, en 14 ans, l’élimination de la transmission de la mère à l’enfant du Vih/Sida est une réalité à l’hôpital Principal de Dakar », a expliqué le Pr Khadidiatou Bâ Fall. Avec la réussite de cette expérience, le Sénégal veut être le troisième pays, après Cuba et le Cap-Vert, à avoir une transmission de la mère à l’enfant du Vih/Sida à 0 %.

Selon les derniers chiffres de l’Onusida, il y a, au Sénégal, un taux de couverture de 60 % des femmes enceintes avec la maladie. L’organe des Nations unies chargé de lutter contre cette maladie veut ainsi faire du Sénégal un pays phare en Afrique dans cette approche d’avoir « une génération sans Sida », c’est-à-dire plus d’enfants qui naissent avec le Vih/Sida.

Le directeur exécutif de l’Onusida a exprimé toute sa fierté devant cette réussite de l’hôpital Principal de Dakar qui, pour lui, montre qu’il y a en Afrique des îlots de progrès pouvant nous amener très loin. « La lutte contre le Vih/Sida a amené de l’innovation et de la créativité. Avec la science, nous avons fait des progrès énormes. Auparavant, les malades prenaient 18 comprimés, maintenant, c’est un seul qui est pris. Avec cette notion d’innover, de créer, d’aller vers des mécanismes nouveaux, nous avons pu avoir ces résultats », s’est félicité Michel Sidibé. Il a ainsi qualifié cette réussite de l’hôpital Principal de Dakar comme une de ses plus belles expériences tout en appelant à un partage d’expériences des bonnes pratiques avec les autres régions du Sénégal.

« Dire que le zéro transmission mère-enfant était possible il y a quelques années, c’est de la folie. L’hôpital Principal de Dakar, pendant 14 ans, n’a pas eu de naissance avec le Sida. Ce qui veut dire que le Sénégal peut réussir l’élimination de la transmission de la mère à l’enfant du Vih/Sida. Il y a un grand leadership dans ce pays qui peut aider en cela », a-t-il ajouté.

La Prévention de la transmission mère-enfant (Ptme) est une stratégie fondée sur des évidences qui visent à s’assurer que la mère vivant avec le virus ne le transmette pas à son bébé pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement. Le Sénégal, qui a toujours enregistré de bons résultats dans la lutte contre le Sida en général, a lancé, le 1er décembre 2012, son plan d’élimination de la Transmission mère-enfant du Vih avec des micro-plans dans les 14 régions du Sénégal.

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal