Actualités - La césarienne : un dispositif essentiel des soins obstréticaux et néonataux d’urgence

APS : La césarienne pratiquée en cas d’impossibilité de l’accouchement par voie basse, est un dispositif essentiel des soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU), lesquels constituent le paquet de soins à offrir à la mère et à l

"Les SONU, ce sont les soins de base et les soins complets", explique le Dr Diadhiou, un gynécologue. Les soins de base consistent en l’administration d’antibiotiques pour lutter contre les infections au cours de l’accouchement et pour lutter contre les hémorragies, principal cause de décès.

Ces soins comprennent également l’administration de médicaments, pour provoquer la contraction de l’utérus et arrêter le saignement chez la femme et la révision utérine. La transfusion sanguine et les soins dévolus aux nouveaux-nés font partie de ce paquet.

Il y a aussi l’administration d’anticonvulsivants pour les femmes qui présentent des complications particulières, appelées ‘’éclampsie’’. La prise en charge des avortements et les accouchements assistés comme la ventouse obstétricale et le forceps font partie également de ces soins.

‘’A côté de ces soins de base, il y a les soins complets : c’est la césarienne, parce que, dans certaines situations, la femme ne peut pas accoucher par voie basse’’, explique le gynécologue.

‘’Les SONU, c’est un paquet de soins qu’il faut offrir à la mère et à l’enfant et la césarienne en fait partie. Mais des fois, pour des raisons de plateau technique ou de rupture de consommables, le paquet n’est pas entièrement fourni’’, prévient le gynécologue

 

En effet, au cours de l’examen du 8ème mois de grossesse, le médecin peut constater la position de l’enfant dans le ventre. Ainsi, l’échographie peut montrer différentes situations, notamment un bassin trop étroit de la mère, un poids excessif du bébé, une position de siège du bébé, un obstacle à la sortie de l’enfant (fibrome, kyste), problème de cordon ombilical, entre autres.

De l’avis des spécialistes interrogés, ‘’on peut aussi avoir recours à la césarienne si l’on veut interrompre la grossesse avant terme pour la santé de l’enfant ou de la mère en cas de maladie de l’enfant (diabète, toxémie ou retard de croissance), d’hémorragie maternelle ou de naissance multiple’’.

Parfois aussi, la césarienne est pratiquée lorsque l’équipe médicale ressent la nécessité de terminer l’accouchement si la mère est trop fatiguée. 

Du côté de la relation avec le bébé, le lait peut mettre plus de temps à arriver à cause de la fatigue. Le retour à la maison se fait généralement au bout d’une semaine. Dans la majorité des cas, la césarienne n’est, au bout d’un mois, plus qu’un souvenir, mais la cicatrisation de l’utérus prend plus de temps, selon les gynécologues. 

Les taux de césarienne augmentent depuis 20 ans dans la majorité des pays, du fait de la maîtrise de la technique opératoire et du niveau élevé du plateau technique au niveau des structures sanitaires publiques comme privées.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fixe le taux optimal de césariennes entre 5 % et 15 %.

‘’En proportion des naissances dans la population, le taux de césariennes doit être compris entre 5 % et 15 % — car un taux inférieur à 5 %, indiquerait que certaines femmes avec des complications sévères ne recevraient pas le niveau de soins adéquat’’, selon l’OMS.

De nombreux pays du Nord dépassent ces chiffres. Au-delà de 15 %, le recours à la césarienne est jugé comme ‘’abusif’’ et aurait un impact plus négatif que positif, si l’on considère les risques de cette opération. Les experts s’accordent aujourd’hui à considérer des taux de césarienne supérieurs à 25 % comme ‘’anormaux’’. 

Bien qu’elle se soit beaucoup banalisée, atteignant dans certaines cliniques un taux supérieur à 25 %, la césarienne n’est pas un acte anodin. Les complications infectieuses post-partum de la mère sont 3 fois plus nombreuses que pour un accouchement par voie basse, selon un rapport de l’OMS.

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal