Actualités - Prise en charge du paludisme : Des laborantins à l’école d’accréditation en microscopie

Le Soleil : Vingt-quatre techniciens de laboratoires, de districts sanitaires et des hôpitaux bénéficient d’un cours d’accréditation en microscopie. La session permettra au Sénégal d’avoir plus d’experts en vue d’être certifiés/Oms

Le laboratoire de parasitologie du Chu Aristide Le Dantec de Dakar abrite, depuis lundi, deux cours internationaux d’accréditation des microscopistes du paludisme. Ce cours est organisé par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), sur financement de l’Usaid/Pmi. Il est confié au Service de parasitologie et de mycologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le 1er cours est destiné à une cohorte de 12 techniciens de laboratoire. Il se déroulera du 11 au 15 décembre. Et le deuxième, avec le même nombre de techniciens, commence à partir du 18 et prendra fin le 22 décembre. Il entre dans le cadre du renforcement des compétences des acteurs du système de santé. Le chargé des aspects liés aux diagnostics au Pnlp, le Dr Ibrahima Diallo, a affirmé que, dans les stratégies d’élimination du paludisme, il est important de s’assurer de l’expertise des techniciens des laboratoires à pouvoir détecter, identifier et quantifier les portages parasitaires.

L’un des objectifs de ces sessions est d’améliorer la qualité de la prise en charge du paludisme au niveau opérationnel. Pour le directeur du cours, le Pr Daouda Ndiaye de l’Université Cheikh Anta Diop, la session permettra d’évaluer les compétences des techniciens de laboratoire sur le diagnostic microscopique du paludisme. Le cours sera dispensé en module théorique et pratique. Il sera plus axé sur l’évaluation. Il y aura ainsi juste quelques notions de rappel liées au diagnostic et des aspects techniques. Au finish, c’est une évaluation sur la base des modules. Les résultats des examens tomberont vendredi pour le premier groupe », a indiqué le Pr Ndiaye. Il a rappelé que, depuis 2010, l’Organisation mondiale de la santé exige que tous les cas de paludisme soient confirmés par les biologistes d’abord avant d’être traités. « Les pays comme le Sénégal qui ont démontré que la lutte contre le paludisme peut être un succès se sont inscrits, aujourd’hui, dans le cadre de l’élimination de la maladie d’ici à 2030. C’est pour cette raison que l’Oms exige que les résultats rendus à partir des données statistiques du pays soient données sur la base des plateaux techniques où des experts et biologistes compétents peuvent confirmer l’absence d’un parasite dans un pays », a indiqué le chef du Service du laboratoire de parasitologie du Chu Aristide Le Dantec de Dakar. Il a fait savoir que la formation aidera le Sénégal à disposer de maximum d’experts. « C’est un élément capital pour certifier que le Sénégal est indemne du paludisme », a souligné l’enseignant-chercheur.

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal