Actualités - ATELIER DE VALIDATION DE LA LPSD : LE SECTEUR PREND TOUTE SA PART DANS LE CHANTIER DE L’EMERGENCE

En présidant l’ouverture de l’atelier de validation de la deuxième lettre de politique sectorielle de développement ce jeudi, M. le Ministre insiste sur l’importance de ce document qui permet de « mettre en lumière ce que nous allons faire

Cependant pour M. Abdoulaye Diouf Sarr « On ne planifie pas pour planifier. On fait un document pour sa mise en œuvre opérationnelle ». M. le Ministre entend porter « le plaidoyer pour l’on soit concret » dit-il.

Abordant le fond du document, M. Abdoulaye Diouf Sarr évoque les priorités à travers les axes stratégiques « Infrastructures, ressources humaines, médicaments, gouvernance sont le quarté gagnant » résume-t-il.

Parmi les faiblesses du Ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) renseignés par l’analyse-diagnostic et les orientations du PSE figurent « les défis essentiellement liés à la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile eux-mêmes également liés à la maîtrise des déterminants de la santé, à l’équité dans l’offre et à la demande des services de santé et de l’action sociale ainsi qu’au renforcement durable du système de santé » selon M. Abdoulaye Diouf Sarr. 

Pour y faire face, le MSAS fonde sa stratégie à travers la Lettre de Politique Sectorielle et de Développement (LPSD). Le document permet d’arrimer le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) au PSE et offre l’occasion au secteur de « prendre toute sa part dans le chantier de l’émergence » explique M. le Ministre pour qui « si la formulation de la stratégie sectorielle est un préalable, elle ne garantit pas pour autant sa réalisation ».

C’est dans ce cadre que M. Abdoulaye Diouf Sarr annonce « un comité pour assurer le pilotage stratégique de la LPSD à travers un rôle de veille et de supervision ». « La mise en œuvre opérationnelle sera adossée aux principes de la gestion axée sur les résultats » poursuit M. le Ministre.

Dans l’arsenal, « Un dispositif de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la LPSD articulé au cadre de pilotage, de coordination et de la concertation du PNDS sera mis en place » révèle M. le Ministre. A cela s’ajoute « un rapport de suivi de performance élaboré annuellement » note M. Abdoulaye Diouf Sarr convaincu que « Si le MSAS a la responsabilité de la définition de la stratégie, ce sont les acteurs à la base qui, en grande partie en assurent la réussite ».

Des acteurs pour lesquels M. Abdoulaye Diouf Sarr espère que la LPSD validée reflète leurs préoccupations.

 

MOUHAMMED RAMET NDIAYE

Cellule Communication

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal