Actualités - Recherche en santé : Une alliance pour s’attaquer aux maladies prioritaires en Afrique de l’Ouest

Le Soleil : Trois institutions de recherche ayant chacune une expertise avérée dans le domaine de la santé se sont données la main pour mieux s’attaquer aux maladies prioritaires dans la sous-région ouest africaine. Cette nouvelle alliance, d

Au mois d’octobre dernier, les trois institutions que sont le Medical research council (Mrc) de Grande-Bretagne, à travers son bureau de la Gambie, l’Institut de recherche en santé, surveillance épidémiologie et formation (Iressef) du Pr Souleymane Mboup et l’Ucad, par le biais du Service de parasitologie-mycologie de la Faculté de Médecine, avaient signé une convention de partenariat. Cette collaboration a été vite opérationnalisée avec le lancement, hier, du West africa global health alliance (Wagha).

Les objectifs de cette alliance sont la conduite de la recherche en santé mondiale avec un focus sur les priorités en Afrique de l’Ouest ; le développement de projets de recherche collaboratifs et leur mise en œuvre ; la formation et le renforcement des capacités des chercheurs et personnels d’appui, l’échange de scientifiques, la mise en place de plateformes pour le partage et la mutualisation des ressources et équipements ; la promotion de la recherche biomédicale et sa traduction en évidences scientifiques pour impacter les politiques de santé.

« Nous lançons le West africa global health alliance (Wagha) pour la recherche, la formation et pour une plus grande mobilité des scientifiques de ces trois grandes institutions afin de mieux prendre en charge les grandes questions de santé publique qui se posent dans toute la sous-région », a indiqué le Pr Ibrahima Thioub, recteur de l’Ucad. A l’en croire, le Mrc est une vieille institution du Royaume-Uni qui regroupe une expertise et une compétence avérées sur de très nombreuses questions de santé publique. Pareille pour l’Ucad qui fête son centenaire à travers la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie. « Nous sommes en alliance avec l’Institut de recherche en santé, surveillance épidémiologie et formation, créé par le Pr Souleymane Mboup et qui a une très grande expérience et notoriété sur le plan national et international. En mettant ensemble nos forces, nous pensons que ce sera une contribution majeure à la recherche, à la formation, au service à la communauté sur des questions cruciales pour le développement social, économique et culturel de nos sociétés, que sont les problèmes de santé, particulièrement de santé publique », a soutenu Ibrahima Thioub.

Le Pr Souleymane Mboup, directeur de l’Iressef, a estimé que c’est ensemble qu’on est plus fort. « Le Mrc, qui est en Gambie depuis 70 ans, voulait s’étendre en Afrique de l’Ouest. C’est là qu’a commencé le partenariat qui est bénéfique à tout le monde », a-t-il mentionné. Il a poursuivi que cette alliance va lui permettra d’avoir accès à une région beaucoup plus importante. L’Université de Dakar, elle, va bénéficier d’une expertise supplémentaire avec l’expérience de 104 ans de recherche en santé du Mrc. Quant à l’Iressef, qui est une nouvelle institution, elle va abriter une partie de l’équipe du Mrc de la Gambie, mais renforcera aussi son partenariat avec l’Ucad. « Avec ce partenariat, on a la possibilité d’avoir plus de potentiel pour nous attaquer aux maladies prioritaires de notre sous-région avec beaucoup plus de moyens et d’expertise », a conclu le Pr Mboup.

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal