Thème : Articles de Presse Ecrite


Revue de presse quotidienne du jeudi 21 janvier 2016

APS : Washington va investir plus de 24 milliards pour la prévention des maladies infectieuses

Les Etats-Unis d’Amérique ont réaffirmé leur engagement à poursuivre leurs efforts visant à prévenir, détecter et répondre aux maladies infectieuses comme le virus Ebola avec des investissements à hauteur de 40 millions de dollars, soit plus de 24 milliards de francs CFA.

Dans le cadre du Programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA) dirigé par les Etats-Unis, le gouvernement américain "fournira jusqu’à 40 millions de dollars pour renforcer la capacité du Sénégal à prévenir, détecter et répondre aux épidémies de maladies infectieuses humaines et animales au cours des trois prochaines années".

La représentation diplomatique a fait cette annonce à la clôture d’un atelier de deux jours à Dakar qui entre dans le cadre du Programme de sécurité sanitaire mondiale. Avaient pris part à cette rencontre des représentants des ministères de la Santé, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement durable et de l’Intérieur.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural et des agences américaines dont l’USAID, les Centres pour le contrôle des maladies, le Département de la Défense, et d’autres partenaires tels que l’Organisation internationale pour les migrations, l’Institut Pasteur et la FAO ont aussi participé à cet atelier.

"Les États-Unis se sont engagés à aider au moins 30 pays, dont le Sénégal, à atteindre tous les objectifs du Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale à la fin de l’année 2019 et à investir plus d’un milliard de dollars dans les ressources", a expliqué le texte.

APS : Avortement médicalisé : les femmes parlementaires mènent la sensibilisation

Le Collectif des femmes parlementaires va poursuivre son travail de sensibilisation autour de l’avortement médicalisé avant la saisine de l’Assemblée nationale pour le vote d’une loi, a indiqué sa présidente Awa Gueye.

’’L’avortement médicalisé peut être un bien pour la population et pour les femmes a soutenu, mercredi, la présidente du collectif des femmes parlementaires (CFP) Awa Gueye, signalant que son collectif mène une sensibilisation et un plaidoyer autour de cette question avant de la soumettre à l’Assemblée nationale’’.

’’Nous allons continuer à travailler et à échanger entre nous. C’est une question sensible et c’est pourquoi nous avons opté pour la sensibilisation, pour le lobbying et pour le plaidoyer pour montrer aux populations que cette loi sur l’avortement médicalisé peut être un bien pour la population et pour les femmes’’, a-t-elle dit.

Mme. Gueye s’exprimait lors d’une conférence nationale sur la parité, en partenariat avec ONU Femmes et l’ONG OSIWA. Des représentants de ministères sectoriels, des partenaires techniques et financiers (PTF), des membres d’organisations de la société civile, le Conseil économique social et environnemental (CESE) et d’ONG internationales.

’’Vous imaginez qu’une femme violée et qui est victime d’inceste soit obligée de porter cet enfant ? C’est difficile et compliqué et c’est pourquoi nous voulons aller vers un consensus autour de cette loi, avant de la partager au niveau de l’Assemblée nationale’’, a-t-elle précisé.

Revenant sur la conférence publique sur la parité, Mme Gueye a évalué la présence des femmes à l’Assemblée nationale à plus de 42%. 

’’On a décidé d’aller au-delà des chiffres et une enquête faite par des experts montre le travail de qualité des femmes, la rigueur, l’assiduité et leur engagement des femmes dans la prise en charge des préoccupations de leurs mandats’’ a-t-elle dit.

Awa Gueye rappelle que l’objectif de cette rencontre est d’aller vers de nouvelles perspectives, c’est-à-dire vers l’application des Objectifs de développement durable (ODD) qui visent l’égalité entre les sexes et l’autonomisation totale des femmes et des jeunes filles.

’’Malgré la loi sur la parité, nous avons remarqué certaines discriminations à l’égard des femmes au niveau de l’éducation, de la santé (mutilation génitale), de l’emploi (salaires et embauches) et nous voulons aller vers la correction de ces manquements’’, a indiqué Mme Gueye.

De 2012 à 2014, poursuit-elle, ’’nous avons enregistré beaucoup d’imperfections liées à l’application de la parité dans le bureau de l’Assemblée nationale et lors de la révision du règlement intérieur, nous avions introduit un amendement qui a abouti à l’élection de trois secrétaires hommes contre trois femmes’’. 

 



 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal