Thème : Articles Web


Revue de presse du mardi 15 décembre 2015

APS : Près de 80 % des populations de cinq régions ont une connaissance limitée de la fièvre Ebola (enquête)

Les résultats d’une enquête sur "Les connaissances, attitudes et pratiques en matière d’hygiène et de la maladie à virus Ebola (MVE)" font état d’une "connaissance limitée" de cette fièvre hémorragique chez 77,8 % des populations des régions de Ziguinchor, Tambacounda, Sédhiou, Kolda et Kédougou.

Cette enquête menée durant les mois d’août et septembre derniers montre que 20,9 % des personnes interrogées ont "une connaissance moyenne" de la fièvre Ebola.

Seul 1,3 % "connait bien" la maladie, selon les résultats de l’enquête présentés à des journalistes, lundi, à Dakar.

Le faible niveau de connaissance de la maladie concerne ses symptômes, ses modes de transmission et les conditions de sa guérison, notamment la prise en charge rapide et adéquate du patient.

Plus de la moitié des personnes interrogées par les enquêteurs pensent que les billets de banque et les piqures de moustique sont un mode de transmission du virus Ebola. Ils estiment qu’il n’est pas possible de guérir de la maladie.

Selon les résultats, 98 % des personnes enquêtées pensent que le lavage des mains avec du savon avant les repas et à la sortie des toilettes.

Eviter de se serrer les mains, ne pas se rendre dans les zones endémiques et se nettoyer les mains avec les solutions hydro-alcooliques sont les mesures d’hygiène pouvant permettre d’éviter la fièvre Ebola, selon les personnes interrogées.

"En matière d’information sur la maladie à virus Ebola (MVE), il y a eu des régions négligées, comme Kolda et Tambacounda où 30 % de la population enquêtée ne connaissaient pas la maladie ou en ont une très connaissance faible", a expliqué la coordonnatrice de projets à l’ONG Save The Children, Ndèye Astou Badiane.

Le choix de ces régions pour mener l’enquête découle de leur proximité avec des pays touchés par la maladie, selon Mme Badiane.

"Sur la carte sanitaire du Centre des opérations d’urgence sanitaire du Sénégal (COUS) du ministère de la Santé et de l’Action sociale, ces cinq régions du Sénégal (Ziguinchor, Tambacounda, Sédhiou, Kolda et Kédougou) sont au niveau de la zone rouge. Elles sont considérées comme prioritaires dans les programmes de prévention contre la maladie à virus Ebola", a-t-elle souligné.

Seydi Bâ Gassama, de Catholic Relief Service, estime que "le travail de terrain a été effectué aussi bien au niveau des structures sanitaires que dans les écoles", pour la conduite de l’enquête.

"En milieu communautaire, le consortium [chargé de la conduite de l’enquête] a identifié trois cibles prioritaires : les leaders religieux, les directeurs d’école et les leaders communautaires", a-t-il précisé.

A Kédougou, par exemple, les enquêteurs ont travaillé avec le Parlement des enfants et le Conseil consultatif des enfants. "L’expérience a montré que ce sont des acteurs pertinents et très engagés dans la [prévention de la fièvre Ebola] et peuvent valablement renforcer le système de santé", a expliqué M. Gassama.
Parmi les recommandations de l’enquête figure la nécessité de renforcer l’hygiène publique, dans la mesure où, "au-delà de la maladie à virus Ebola", le fait d’être propre protège "contre toutes les maladies infectieuses".
L’enquête a été menée par un groupe d’organisations, dont Save The Children, le Réseau africain pour le développement intégré (RADI) et Catholic Relief Service, "pour promouvoir les mesures d’hygiène et renforcer la préparation à la réponse de la maladie (la fièvre Ebola, Ndlr), à travers des activités de prévention et de mobilisation sociale".

APS : Du matériel médical d’une valeur de 21 millions remis à l’hôpital de Saint-Louis

L’ambassadeur d’Espagne au Sénégal, Alberto Virella, a remis lundi un don de matériel médical d’une valeur de 21 millions francs CFA au service d’urologie de l’hôpital régional de Saint-Louis, a constaté l’APS

Ce don de matériel urologique est offert par la clinique Oasis de Maspalomas des Iles Canaries, en partenariat avec Casa Africa, une institution diplomatique publique du ministère des affaires étrangères d’Espagne.

Pour le responsable de la clinique Oasis de Maspalomas, Dr Alvaro Valenzuela, ‘’la compétence existe à l’hôpital régional de Saint-Louis’’, où "ce sont les moyens qui manquent pour assurer des soins de qualité".
Le Dr Valenzuela dit y avoir travaillé comme médecin-volontaire au service de médecine interne.
Il a souligné que ce matériel médical va soulager les patients internés au service d’urologie, tout en réduisant leur temps de séjour à l’hôpital, et surtout, éviter les complications post-chirurgicales.
Le directeur de l’hôpital régional de Saint-Louis, Dr Ousmane Guèye, a de son côté, fait observer que ce matériel médical va non seulement améliorer la qualité des soins et surtout rendre opérationnel le service d’urologie. 

Selon Dr Guéye, ce don va permettre de prendre correctement en charge les pathologies urologiques qui sont fréquentes dans la zone Nord du pays, surtout chez les personnes âgées.

Le directeur des établissements de santé publique, Dr Saliou Diallo, qui a pris part à la cérémonie de réception du matériel médical, a estimé que ce don arrive à point nommé au moment où cet hôpital vient d’élaborer récemment un plan de redressement. 

Dr Diallo a rappelé que les établissements de santé publique connaissent des problèmes de spécialités, toutes concentrées à Dakar. Il a ajouté que le ministère de la Santé et de l’Action sociale s’oirente de plus en plus vers la création de spécialités dans les régions dans le but d’éviter aux populations de se rendre jusqu’à Dakar. 

‘’Ce don médical va contribuer à relever le plateau technique de cet hôpital, et surtout, participer à la décentralisation des consultations urologiques. Il va permettre à ce service d’avoir une mini-chirurgie invasive avec du matériel moderne’’, s’est félicité Dr Saliou Diallo.

 



 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal