69EME SESSION DE L’ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE


THEME :« TRANSFORMER NOTRE MONDE : LE PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DURABLE A L’HORIZON 2030 »

CONTRIBUTION DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL

PROFESSEUR AWA MARIE COLL SECK, MINISTRE DE LA SANTE ET DE L’ACTION SOCIALE

Monsieur le président,

Je voudrais, après vous avoir félicité pour votre élection, ainsi que les membres du bureau, vous exprimer mes vœux de succès et vous assurer de la pleine coopération de ma délégation.

Madame le directeur général de L’OMS,

Excellences, mesdames et messieurs les ministres, distingués délégués, l’adoption du programme de développement durable 2030, en septembre dernier, marque une volonté manifeste de la communauté internationale de parachever l’œuvre entreprise à l’orée du millénaire pour l’avènement d’un monde meilleur.

Que donc la 1ère session de l’assemblée mondiale de la Santé, après cette adoption, consacre son débat général à ce programme ambitieux, nous rappelle simplement l'importance et la place essentielle de la santé pour réaliser les transformations nécessaires à l’atteinte du dessein ambitieux, que les dirigeants mondiaux nourrissent pour l'humanité. La Santé est une composante indispensable pour parvenir à ces objectifs et je voudrais, à cet égard, saluer le rôle crucial joué par l’OMS pour les résultats obtenus, sous la conduite de notre directeur général, le Dr Margaret CHAN, à qui je tiens à rendre hommage pour son leadership au service de la santé mondiale.

Monsieur le président,

Mon pays a souscrit aux objectifs de développement durable, qui trouvent au Sénégal, un cadre propice à leur mise en œuvre, à travers le Plan Sénégal Emergent (PSE), document de planification stratégique adopté en 2014. Il décline notre vision de développement à l’horizon 2035, où le Capital Humain, dont la santé est une composante cruciale.

Au titre de ce plan, le renforcement du système de santé et des soins de santé primaire, les actions de lutte contre le vih/Sida, le paludisme et les autres pandémies, la lutte contre les maladies tropicales négligées, la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent sont des orientations stratégiques fortes. De plus, le Sénégal s’évertue à faire face aux maladies chroniques à soins couteux, comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’insuffisance rénale, les cancers, les maladies respiratoires chroniques, la drépanocytose, qui constituent des préoccupations majeures de santé publique. C’est dans ce cadre que s’inscrivent l’élaboration du plan stratégique de lutte contre le cancer, l’intensification des activités du programme national contre les hépatites, la nouvelle législation sur le tabac, le plan d’urgence de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile ainsi que le repositionnement de la planification familiale et le plan d’action pour la santé communautaire. A cet égard, l’accent est mis, entre autres, sur la promotion

De la santé, la prévention, le dépistage précoce et l’accessibilité aux médicaments et autres produits essentiels. Au plan institutionnel, la création d’une agence pour la couverture maladie universelle confirme la volonté des autorités sénégalaises de faire de l’équité sociale une réalité dans la prise en charge de la santé des populations. Dans le cadre du « global Health Sécurity », notre pays qui

Accorde aussi une priorité à la lutte contre les épidémies, est en phase avec les initiatives développées au niveau régional et mondial, d’autant plus que la communauté internationale qui a été fortement éprouvée par l’épidémie de maladie à virus Ebola, est aujourd’hui menacée par le virus Zika et celui de la fièvre jaune, entre autres. Monsieur le président, pour réaliser les objectifs ambitieux du programme de développement durable 2030, il nous faut surmonter les nombreux

Obstacles d’ordre structurel liés notamment à l’insuffisance de ressources humaines qualifiées, d’infrastructures et d’équipements adéquats ainsi qu’aux contraintes d’approvisionnement en médicaments de qualité et accessibles jusque dans les lieux les plus reculés du Sénégal.

Nous devons, en outre, renforcer le volet gouvernance, pour atteindre les franges les plus vulnérables, à travers notamment des budgets-programmes ciblés et efficients et une gestion axée sur les résultats. D’où l’importance de mobiliser des moyens conséquents par biais des ressources nationales, du financement international et des mécanismes innovants et des partenariats

publics/privés. Sur un autre registre, nous devons prendre en compte dans l’élaboration de nos politiques les déterminants de la santé, la multisectorialité et l’approche genre. L’application des recommandations internationales pour une meilleure gestion de l’impact du changement climatique

Sur la santé et pour un développement durable, s’avère également nécessaire.

Monsieur le président,

Mesdames et Messieurs,

Le programme de développement durable à l’horizon 2030 mérite une mise en œuvre effective et rapide. L’heure doit être à l’action et au pragmatisme, ainsi qu’à la mutualisation des efforts et des moyens. 2030 qui parait lointain, est pourtant si proche ! Nous sommes à un tournant de l’histoire pour l’humanité et devons, en conséquence, imprimer en lettres d’or des actions d’envergure mémorables, pour réaliser ce vaste chantier qui n’est point utopique.

Loin s’en faut ! Il est parfaitement réaliste et réalisable.

Je vous remercie de votre bien aimable attention.

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal