Atelier de formation sur la protection et l'utilisation des connaissances médicales traditionnelles


Les 24 et 25 mars 2016, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a organisé à Abidjan (Côte d’Ivoire), un atelier de formation sur la protection et l’utilisation des connaissances médicales traditionnelles. Placée sous l’égide du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique de la Côte d’Ivoire représenté par le Pr. BOA Yapo Félix, Directeur général de la Santé, la rencontre a été présidée par Monsieur Alioune AW du Sénégal, pays assurant la présidence de la CEDEAO. Les travaux de l’atelier ont regroupé une trentaine de participants de différents profils (praticiens de la médecine traditionnelle, experts, responsables/coordonnateurs de programmes de médecine traditionnelle). La rencontre a bénéficié de l’expertise technique de l’Office Ivoirien de la Propriété Intellectuelle (OIPI) représenté par le Pr. Denis BOHOUSSOU (Directeur général) et Monsieur KOUAME Kouabran Alexis (coordonnateur des services techniques). L’atelier vise à donner aux responsables des programmes de MT des pays de la CEDEAO et à d’autres parties prenantes, une formation sur les outils de la propriété intellectuelle et leur applicabilité sur les connaissances médicales traditionnelles incluant les plantes médicinales. Les expériences de la CEDEAO dans la mise en œuvre de divers protocoles relatifs à la propriété intellectuelle et au système de protection des obtentions végétales, ont été passées en revue ; elles ont permis de mettre en relief l’importance de la protection des savoirs traditionnels. Les participants ont, par ailleurs, réfléchi sur la nécessité de sauvegarder les connaissances médicales traditionnelles et les obtentions végétales afin de garantir aux détenteurs de savoirs traditionnels et aux populations autochtones, tous les avantages inhérents à leurs droits moraux, patrimoniaux et coutumiers. A l’issue des travaux de l’atelier, les recommandations suivantes ont été formulées :

A l’endroit de l’OOAS

  • Développer un plaidoyer auprès des organismes chargés des droits de propriété intellectuelle et des ministères concernés, en vue de l’application des protocoles pour la protection des savoirs traditionnels au bénéfice des populations dépositaires et pourvoyeuses desdits savoirs ;
  • Développer une règlementation communautaire sur la protection des savoirs traditionnels pour la région ;
  • Elaborer un manuel harmonisé sur les droits de propriété intellectuelle des savoirs traditionnels, y compris la médecine traditionnelle pour la région.

A l’endroit des pays

  • Recenser et identifier les savoirs et produits traditionnels en vue de garantir les droits de propriété intellectuelle ;
  • Initier, au profit des praticiens de la médecine traditionnelle, des chercheurs et des ONG nationales, des sessions de formation sur les questions des droits de propriété intellectuelle relative aux connaissances médicales traditionnelles ;
  • Développer des mécanismes afin d’encourager les détenteurs à protéger les savoirs médicinaux traditionnels et en bénéficier réellement.

 

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal