Lutte contre le Sida : Une approche multisectorielle pour mettre fin à l’épidémie en 2030


le Soleil : Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l’Action sociale, est convaincu que le Sénégal peut arriver à l’élimination du Vih en 2030 s’il y a une approche multisectorielle.

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a présidé, le 23 décembre 2017, la cérémonie de lancement des journées portes ouvertes sur la sensibilisation contre le Sida. Abdoulaye Diouf Sarr a appelé, à cette occasion, à une mobilisation systématique de tous les acteurs, sur toute l’étendue du territoire national, pour atteindre l’élimination du Vih à l’horizon 2030 ainsi que les 90-90-90 dans un horizon plus proche (2020).

Les 90-90-90 signifient que «90% des populations doivent connaitre leur statut sérologique Vih», «90 % des personnes séropositives sont mis sous traitement antirétroviral» et «90% des personnes séropositives mises sous Arv ont une charge virale supprimée». Toutefois, le ministre a expliqué que l’atteinte de cet objectif exige «une mobilisation, une endurance et une détermination» de tout le monde.

«Atteindre cet objectif nécessite de l’engagement. J’instruis le ministère de la Santé, à travers la Direction de la santé, la Direction de la lutte contre la maladie, à se positionner comme étant le véritable vecteur de la lutte contre le Sida. Si on se bat contre le Sida et l’ensemble des autres pathologies, nous pourrons faire en sorte que les Sénégalais soient en bonne santé», a ajouté M. Sarr. Pour la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), Dr Safiétou Thiam, la lutte contre le Sida préconise une croisade multisectorielle. C’est pourquoi la Division Sida est avec l’ensemble des acteurs pour l’atteinte de l’objectif de l’élimination du Vih à l’horizon 2030. Selon elle, aujourd’hui, on ne parle plus de lutte contre cette maladie, mais plutôt de son élimination. Cela, a ajouté Mme Thiam, ne sera possible que si nous atteignons les «90-90-90» en 2020. Ainsi, le Sida ne sera plus considéré comme un problème de santé publique. «L’ambition est grande, les moyens limités, mais nous sommes engagés pour l’élimination du Sida en 2030», a-t-elle lancé.

Selon le ministre de la Santé, toutes les initiatives seront portées au plus haut niveau. Pour cela, Abdoulaye Diouf Sarr a invité l’administration territoriale à accompagner les acteurs dans la sensibilisation.

 

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal