Financement de la couverture sanitaire universelle : Macky Sall promet de porter le budget de la santé à 15 %


Le chef de l’Etat a présidé, hier, à Dakar, le Forum de plaidoyer de haut niveau pour la mobilisation des ressources en faveur de la santé. Il a promis aux Partenaires techniques et financiers (Ptf) et au personnel médical que le budget du ministère de la Santé connaitra une hausse progressive en vue d’atteindre les 15 % recommandés lors du Sommet d’Abuja en 2001.

Le Sénégal a besoin de 357,5 milliards de FCfa pour financer, dans les prochaines années, la Couverture sanitaire universelle. C’est l’un des résultats du pré-forum, ouvert en début de semaine, à Dakar, sur la mobilisation des ressources pour financer le secteur de la Santé. Ce pré-forum a préparé le plaidoyer de haut niveau pour la mobilisation des ressources en faveur du secteur de la Santé.

En présidant cette rencontre, en présence du Premier ministre, du ministre de la Santé et des Partenaires techniques et financiers (Ptf), le président de la République a annoncé que le budget du ministère de la Santé connaitra une progression régulière en vue d’atteindre, dans un délai raisonnable, le taux de 15 % recommandé lors du Sommet des chefs d’Etat d’Abuja en 2001. A l’époque, ces derniers s’étaient engagés à allouer 15 % des budgets nationaux au secteur de la Santé. Aujourd’hui, seuls cinq pays africains ont atteint l’objectif d’Abuja.

Au Sénégal, malgré une hausse de 47 % du budget du ministère de la Santé, ces cinq dernières années, l’on est loin de ce but. Le chef de l’Etat a reconnu la faiblesse des ressources consacrées à ce secteur. Sur ce, il a assuré aux Ptf que le gouvernement sera pleinement engagé dans la mobilisation des ressources domestiques pour le financement du secteur de la santé. « Nous veillerons aussi à la transparence des ressources mises à la disposition de notre pays par nos partenaires », a-t-il souligné.

Le président Sall a, par ailleurs, indiqué que la Stratégie nationale du financement de la santé traduit son ambition de faciliter davantage aux populations l’accès aux soins de santé de qualité. Cela, à travers la mise en place d’infrastructures et de ressources humaines respectant les normes requises. Il a, à cet effet, demandé aux acteurs de la santé et à leurs partenaires de réfléchir sur des financements innovants intégrant une fiscalité adaptée.

Gratuité et assurance maladie
Le Sénégal, a poursuivi le président de la République, pourrait envisager le prélèvement sur les taxes du tabac pour financer le secteur de la santé. Il a indiqué que l’augmentation régulière du budget du secteur permettra de soutenir la politique de gratuité, mais aussi le développement de l’assurance maladie, parce que tout ne peut pas être gratuit, sinon les hôpitaux cesseront de fonctionner. « Il faut que les gens arrêtent de penser que tout doit être gratuit », a lancé Macky Sall, assurant que le gouvernement ne renoncera pas à la prise en charge gratuite des enfants âgés de 0 à 5 ans.

Selon lui, c’est une période charnière dans la vie d’un enfant. « Le «Plan sésame» sera aussi conforté pour les personnes âgées », a souligné le chef de l’Etat, rappelant que sa politique de gratuité en matière de santé a permis de prendre en charge plus de 7 millions d’enfants de moins de 5 ans entre 2015 et 2017. Aussi, environ 374.000 personnes âgées de 60 ans et plus ont été prises en charge. En outre, « plus de 11.000 femmes pour la seule année 2017 ont bénéficié gratuitement de la césarienne », a informé M. Sall qui a insisté sur le renforcement de l’offre de services dans les structures de santé et la maintenance des équipements.

D’après lui, le gouvernement fait de son mieux puisqu’il a appuyé plus de 20.000 personnes dans le cadre des programmes d’autonomisation des groupes vulnérables. « Ces quelques résultats témoignent notre adhésion à l’initiative internationale en matière de santé, en particulier la résolution de l’Organisation des Nations unies du 12 décembre 2012 en direction de la Couverture sanitaire universelle », s’est réjoui le chef de l’Etat.

Il a révélé que la création de l’Agence de la Couverture maladie universelle a permis la mise en place de 675 mutuelles de santé au Sénégal. Des progrès qui lui ont fait dire que le secteur de la santé retient particulièrement son attention, parce que constituant un préalable qui permet au Sénégal de disposer d’un capital humain de qualité indispensable à la quête de développement et de l’émergence. Les élus locaux, les Ptf et le Fonds mondial se sont engagés à financer la Stratégie nationale du financement de la santé.

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal