Centre Talibou Dabo : Abdoulaye Diouf Sarr engage un projet de transformation de la structure


Le Soleil : Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a lancé, hier, un projet de transformation qualitatif du Centre Talibou Dabo de Grand Yoff. En visite dans cette structure, il a constaté que le centre a besoin d’un suivi pour être à niveau.

Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l’Action sociale, a effectué, hier, une visite de contact au Centre Talibou Dabo de Grand Yoff. Après une tour dans les différents compartiments de la structure suivi d’un exposé fait par la directrice du centre, Issa Tall Diop, il a fait un constat : l’institution a besoin d’un accompagnement et d’un suivi.

Talibou Dabo manque presque de tout : les infrastructures, le matériel, les ressources humaines… Malgré ces manquements, Abdoulaye Diouf Sarr reste optimiste que le Centre Talibou Dabo peut bien changer de visage dans un an. Séance tenante, le ministre de la Santé et de l’Action sociale a lancé le « projet de transformation qualitatif » de cette structure. Il veut, d’ici à octobre 2018, que l’institution change complètement pour devenir « une structure de référence » qui n’aura rien à envier aux structures de ce genre partout à travers le monde. « Ce n’est pas honorable du tout que de venir à Talibou Dabo avec des partenaires dans ces conditions là pour un pays qui vise l’émergence », s’étonne le ministre de la Santé.

Par ailleurs, il a ordonné à ses services de mettre en place un comité de pilotage du projet de transformation de Talibou Dabo. Ce plan, dit-il, va impliquer le statut du centre, le personnel, les infrastructures, les équipements, l’extension et la communication. Toutefois, le ministre invite le personnel du centre à s’engager dans ce processus de transformation. « Sans votre engagement, nous ne pouvons pas faire de transformation. L’engagement passe par une confiance des travailleurs au projet initié », indique-t-il.

Aliou Ngamby NDIAYE

CES MAUX QUI AFFECTENT TALIBOU DABO
Le Centre Talibou Dabo de Grand Yoff souffre de plusieurs maux : absence de statut, manque de personnel spécialisé, de moyens de transport…

La directrice du centre Talibou Dabo a accueilli, hier, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, avec une liste de doléances. Cette institution d’éducation et de réadaptation pour enfants handicapés physiques a, en effet, un problème de statut. Cette question, selon le Dr Issa Tall Diop, est le nœud des maux dont souffre la structure. Devant le ministre de la Santé et de l’Action sociale, elle a rappelé que son prédécesseur, le Professeur Awa Marie Coll Seck, avait déjà dépêché un comité de pilotage dirigé par le Directeur de la Santé pour travailler sur la question du statut de Talibou Dabo. Ces travaux, dit-elle, ont permis de produire un document qui propose l’érection du Centre en structure publique de santé. « Le projet de loi est actuellement au niveau du législateur », informe-t-elle. Sur ce point, le ministre a promis que « d’ici demain (aujourd’hui, Ndlr), la Direction des établissements de santé va me faire le point sur l’état d’avancement pour qu’on puisse prendre le relai afin d’avancer sur cette question qui me semble être fondamentale ».

En outre, la gestion du personnel est aussi une problématique majeure pour le Centre Talibou Dabo, d’après sa directrice générale. Selon le Dr Issa Tall Diop, une bonne partie du personnel est payée par le centre. Une charge financière lourde qu’il supporte difficilement. Ce qui fait que, dit-elle, les « salaires sont modiques » et que beaucoup de travailleurs n’ont aucune prise en charge qu’elle soit médicale ou sociale. « Le personnel peut travailler jusqu’à la retraite sans cotisation sociale et rentre sans accompagnement », déplore la directrice du centre.

Sur ce point, le ministre de la Santé a demandé à son directeur de cabinet de mettre en place « immédiatement et sans délai un petit groupe de travail qui va sortir une feuille de route ressources humaines ». « Il faut partir de l’existant et mettre en place des projections pour dire quelle situation optimale pour les ressources humaines. Cela permettra dans la perspective de cette fin d’année de doter Talibou Dabo de ce qu’il faut pour être un centre mis à niveau pour prendre en charge les enfants », explique M. Sarr.

La directrice, Dr Issa Tall Diop, révèle aussi que le Talibou Dabo souffre d’un « manque criant de personnel spécialisé ». Le centre, informe-t-elle, n’a pas de médecins généralistes, d’infirmiers, de chirurgiens dentistes, alors qu’il gère 200 enfants. Talibou Dabo a aussi un problème crucial de transport. Ces enfants qui sont handicapés physiques ont besoin de ces moyens de locomotion pour les déplacements. Malheureusement, à cause de la panne des bus, l’année dernière, beaucoup d’enfants ont arrêté les cours, révèle Mme Diop. « Nous avons besoin d’un capital humain pour gérer ses enfants qui sont accompagnés dans les toilettes, au restaurant, dans les classes. Ces enfants qui ont pour 65% la paralysie cérébrale peuvent continuer leur cursus scolaire s’ils sont bien accompagnés pour écrire », plaide la directrice générale. Elle n’a pas aussi oublié de rappeler au ministre les nombreux bâtiments qui sont toujours en chantier dans le centre, le manque d’électricité… Abdoulaye Diouf Sarr a demandé au directeur de l’administration générale et de l’équipement (Dage) du ministère de la Santé de prendre en repérage le centre Talibou Dabo par rapport aux équipements dans l’exercice 2018.

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal