AUDIENCE DU MINISTRE AVEC LES «STRUCTURES-CONSEILS »


En ce deuxième jour d’audiences de prise de contact, le Ministre, avec son cabinet composé du DC, CC, des CT et du DRH, a reçu des interlocuteurs de la « Relation de partenariat ». Autour de la table, les représentants de l’Association des Femmes Médecins, celle des Infirmiers et Infirmières, des Sages-Femmes d’Etat, de la fédération nationale des Badianou Gokh ainsi que l’Association des Femmes du Ministère.

Considérant le département placé sous sa tutelle comme « un secteur de collaboration et de partenariat positif », M. le Ministre rappelle la déclaration du Président de la République faisant de « L’année 2018, une année sociale » pour souligner que « Nous avons notre partition et je compte sur vous pour l’efficacité dans le système ».

A ces invités du jour, M. Abdoulaye Diouf Sarr précise « Vous avez un Ministre qui place au cœur de son action, le service rendu à l’utilisateur du service public ». Selon lui « Le Ministère de la Santé et de l’Action sociale est le secteur le plus exposé dans l’expression des besoins des populations ». C’est ainsi que M. le Ministre invite ses hôtes à « penser à accompagner le département dans les opérations de terrain. Ceci, ajoute-t-il, pour l’accès à des services de santé de proximité de qualité ».

DES PISTES DE REFLEXION

M. le Ministre donne le ton des futures rencontres avec ces organisations qu’il appelle  «des structures-conseils ».

A l’endroit des organisations professionnelles (l’Association des Femmes Médecins, des  infirmières et Infirmiers, des Sages-Femmes d’Etat), M. Abdoulaye Diouf Sarr pose « La problématique de l’accueil et des urgences ». Pour lui, « Ce package interpelle la disponibilité des ressources humaines mais surtout la formation dans les écoles de formation » qui nécessite « Un plaidoyer ».

Aux Badianou Gokh, M. le Ministre abordant l’action sociale, appelle à « une meilleure prise en charge des familles ». Selon Abdoulaye Diouf Sarr « Il y a lieu de renforcer l’action sociale ». Il rappelle son passage au département de la Décentralisation et des Collectivités Locales confronté aux cas des « enfants fantômes » ne disposant pas d’actes d’état civil. Pour y remédier, le Ministre sollicite les Badianou Gokh et les sages-femmes. Celles-ci (Sages-femmes) « ne sont  pas intégrées dans le système » pense Abdoulaye Diouf Sarr pour qui « Les sages-femmes pourraient donner un ticket aux nouveaux nés en attendant d’établir l’acte de naissance après le baptême ».

Quant à l’Association des Femmes Médecins, le Ministre confie « Les véritables enjeux sont la satisfaction des populations ».

Après cette rencontre de prise de contact, M. le Ministre qui est dans « une logique de de politique de la porte ouverte » assure à ces hôtes des audiences spécifiques « le plus rapidement possible » de concert avec le DRH pour dit-il échanger sur « votre vision et vos perspectives ». Pour M. Souka Ndella Diouf, cette rencontre traduit « l’importance que vous (M. le Ministre) accordez au partenariat et à l’action ».

DU TERRAIN

« Je serai très terrain » a réaffirmé M. le Ministre à son deuxième jour de rencontres. « Après deux mois de revue documentaire et de prise de contact », M. Abdoulaye Diouf Sarr donne rendez-vous « Je viendrai vous voir là où vous êtes » avant de préciser « Ce sont les instructions que nous avons reçues du Président de la République ».

 

MOUHAMMED RAMET NDIAYE

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal