Augmentation du budget alloué à la santé : La plateforme de la société civile lance un appel aux futurs députés


Le Soleil : Le budget alloué à la santé au Sénégal ne représente pas 15 % du budget national. En assemblée générale élective le 28 juillet, la Plateforme de la société civile pour la santé (Pscis) appelle les futurs députés à veiller à ce que le gouvernement accorde 15 % du budget national à la santé.

La Plateforme de la société civile pour la santé au Sénégal (Pscis) invite les députés qui seront élus à l’Assemblée nationale à l’issue des élections législatives de veiller à ce que le gouvernement consacre au moins 15 % du budget national à la santé. La présidente du comité de pilotage de la Pscis au Sénégal, Rokhaya Nguer, a fait ce plaidoyer, hier, à l’assemblée générale élective de cette organisation.

Lors du sommet d’Abuja (Nigeria), en 2001, les chefs d’Etat africains s’étaient engagés à consacrer à la santé au moins 15 % des budgets nationaux de leurs pays respectifs. A Ouagadougou (Burkina Faso), ils ont encore renouvelé cet engagement. Malgré tout, rares sont les pays africains qui accordent au secteur de la santé 15 % de leurs budgets nationaux. La Pscis appelle les parlementaires qui votent les budgets à inscrire dans l’agenda budgétaire cet engagement des chefs d’Etat et à y veiller. Mme Nguer invite les députés qui seront élus demain à travailler davantage pour le bien-être des communautés et de la santé globalement. « Nous allons vers la 13ème législature. C’est l’occasion d’adresser un vibrant hommage aux parlementaires et les inviter à travailler davantage pour le bien-être des communautés et de la santé globalement. Si nous n’avons pas la santé, nous n’avons quasiment rien. La Santé est primordiale et la plateforme voudrait leur adresser un message, pour qu’ils puissent davantage travailler sur les objectifs de santé. Car le Sénégal a ratifié la loi qui devrait permettre à ce que le budget lié à la santé puisse être de 15 % », a-t-elle sensibilisé.

Un cadre fédérateur
La Pscis est un cadre fédérateur qui regroupe l’ensemble des organisations de la société civile qui œuvrent pour l’amélioration de la santé au Sénégal. Elle a été mise sur pied en janvier 2016 pour servir de « cadre de réflexion, de concertation et de coordination entre ses membres, en vue d’harmoniser leurs positions par rapport aux politiques et programmes de santé et leurs interventions dans les domaines du plaidoyer et du renforcement des capacités des organisations communautaires ». En effet, ces acteurs avaient constaté que l’absence d’un cadre fédérateur entrainait une « dispersion des interventions », un « manque d’efficacité » ou une « faiblesse de la représentation » des acteurs dans les instances de prise de décision et de planification. « Nous avons eu cette heureuse initiative de se regrouper, tous, autour d’une table et nous investir dans ce cadre commun, inclusif, pour amorcer des réflexions liées aux questions stratégiques dans le domaine de la santé », a expliqué Rokhaya Nguer.

Rokhaya Nguer élue présidente de la Pscis

Mme Nguer a été élue présidente de la Plateforme de la société civile pour la santé au Sénégal, hier, à l’issue de leur première assemblée générale élective. Elle est, par ailleurs, la présidente du Conseil d’administration de l’Alliance nationale des communautés pour la santé (Ancs) et la secrétaire exécutive de la « Society for women and Aids in Africa au Sénégal (Swaa/Sénégal).

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal