Lutte contre la drépanocytose : Une unité de soins ambulatoire inaugurée à Albert Royer de Fann


Le Soleil : Le dispositif de lutte contre la drépanocytose vient de s’enrichir d’une unité de soins ambulatoire pour enfants et adolescents. Située au Centre hospitalier national d’enfants Albert Royer, elle va soulager les personnes atteintes de cette maladie.

A l’entrée du Centre hospitalier national d’enfants Albert Royer, l’imposant bâtiment s’offre à la vue des visiteurs, malades et autres accompagnants. Ce centre a la particularité de n’accueillir que des enfants pour des soins pédiatriques. Avec sa nouvelle unité, l’offre de soins s’élargit pour toucher les enfants et adolescents drépanocytaires. Cette unité de soins ambulatoire, construite par le gouvernement de la Principauté de Monaco, pour une valeur de plus de 300 millions de FCfa, va venir enrichir le dispositif de lutte contre cette maladie qui occupe la 4ème place de consultation à Albert Royer et la 3ème en hospitalisation. Démarré en 2010, le processus de construction de cette unité a abouti à son inauguration lors de la journée africaine de lutte contre cette maladie célébrée chaque 10 mai. Avec, aujourd’hui, 50 millions de personnes touchées, la drépanocytose constitue la maladie génétique la plus répandue dans le monde. D’où l’implication du gouvernement de la Principauté de Monaco qui intervient au Sénégal et dans d’autres pays africains comme le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et Madagascar. « Nous devons, ensemble, redoubler d’efforts afin de promouvoir le dépistage précoce et améliorer les conditions de prise en charge des patients. Notre action doit se concentrer sur les enfants, les adolescents et les femmes enceintes, qui constituent des groupes particulièrement vulnérables », a souligné la directrice de coopération de Monaco, Isabelle Rosabrunetto. Cette unité de soins a une capacité litière de 15 lits, 3 espaces d’attente de 40 places, 4 salles de consultation, une unité de laboratoire équipée ainsi que des box de consultation pour les vacataires et des bureaux abritant le personnel technique et l’Association sénégalaise de lutte contre la drépanocytose. Elle a démarré ses activités de consultation depuis le 1er janvier 2017, et tout prochainement, commencera son activité d’hospitalisation de jour, selon le directeur du Centre hospitalier national d’enfants Albert Royer, Thierno Seydou Ndiaye.

Le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action sociale, Ibrahima Wone, a rappelé les efforts de l’Etat du Sénégal pour venir en aide aux personnes atteintes de drépanocytose. Laquelle pathologie demeure un grand problème de santé au Sénégal. La drépanocytose est une maladie héréditaire à soins coûteux. Cette affection du sang est particulièrement fréquente chez les populations de l’Afrique subsaharienne. Elle est la première maladie génétique affectant, dès la naissance, des milliers de personnes sur le continent africain, causant de nombreux décès. La drépanocytose occupe le 4ème rang dans les priorités en matière de santé publique mondiale, après le cancer, le Sida et le paludisme. Au Sénégal, sa prévalence est de 10 %, dont 0,5 % de formes majeures. Chaque année, il y a 1.700 nouveau-nés drépanocytaires au Sénégal.

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal