Près de 4 milliards de FCFA en 2017 pour l’achat de vaccins


APS : Le gouvernement du Sénégal a dégagé en 2017 une enveloppe financière estimée à 3,117 milliards de francs CFA pour l’achat de vaccins a annoncé, mercredi à Dakar, le directeur de la prévention au ministère de la Santé et de l’Action sociale, El Hadji Mamadou Ndiaye. 

"Le gouvernement a fait beaucoup d’efforts dans sa politique de vaccination. Avec 500 millions en 2000, 700 millions en 2009-2010 et 1 milliard dans la période 2013-2014, l’actuel gouvernement a porté ce chiffre à 3 milliards 117 millions de F CFA en 2017", a soutenu M. Ndiaye. 

Il intervenait lors d’une conférence de presse organisée par la Plateforme des organisations de la société civile d’Afrique francophone pour le renforcement des systèmes de Santé et de la vaccination (OAFRESS) sur le thème : "Les vaccins protègent tout le monde, faites-vous vacciner". 

"Il s’agit en fait d’une ligne budgétaire qui doit servir à l’achat de vaccins traditionnels et nouveaux, c’est-à-dire les 12 maladies du Programme élargi de vaccination et d’autres maladies prises en compte dans le cadre de la couverture nationale en vaccination de la façon la plus large", a-t-il précisé.

 

Selon lui, le processus de la vaccination inclut à la fois le vaccin et le consommable, mais aussi et surtout la conservation de ces vaccins.

 

"Cela nécessite beaucoup de ressources financières, notamment des chambres froides, [des moyens] logistiques pour pouvoir mener à bien les opérations de vaccination, sur l’ensemble du territoire nationale", a-t-il dit. 

 

M. Ndiaye a salué "les efforts de la société civile qui n’a ménagé aucun effort pour inviter les autorités publiques, [à prendre en compte] l’importance de la vaccination, dans la sauvegarde des vies". 

 

Le directeur de la prévention au ministère de la Santé et de l’Action a indiqué que le gouvernement est conscient de cet aspect qui pourra permettre "l’atteinte des Objectifs pour le développement durable (ODD)".

"La vaccination est au cœur du développement, mais aussi, il faut un financement, et [dans ce domaine] notre pays est dans une très bonne voie", s’est-il réjouit.

Déjà, a-t-il poursuivi, "certaines maladies sont en pré-élimination comme la poliomyélite, la rougeole … et même la variole qui a été éliminée et d’autres comme le tétanos et la coqueluche sont [devenues] très rares (…)".

Il a assuré que le Sénégal a respecté ses engagements vis-à-vis de la Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI).

 

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal