Le ministre de la Santé plaide pour une synergie autour des PTA


APS : Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, le Professeur Awa Marie Coll Seck a appelé, jeudi, les chefs de programmes, les médecins chefs de région à travailler autour de "l’exercice de planification" à travers notamment le respect des instructions de remplissage et les délais de transmission des Plans de travail annuel (PTA). 

"Je lance un appel solennel, pour une synergie des actions autour de l’exercice de planification des stratégies à développer dans le secteur. Les plans de travail annuels (PTA) constituent une base essentielle dans la planification" a souligné Awa Marie Coll Seck.

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale procédait à l’ouverture, à Dakar, de la 7ème édition de la Revue annuelle conjointe (RAC) du Programme national de développement sanitaire et social (PNDS) 2009-2018.
"D’importantes améliorations ont été faites dans l’élaboration des outils, la collecte et la disponibilité de PTA à tous les niveaux" a-t-elle soutenu. 
Cependant, a-t-elle noté, "il subsiste quelques écueils dans le respect des instructions de remplissage et les délais de transmission".

"Si le DHIS2 est un début de solution informatique dans la gestion de l’information sanitaire et sociale, il reste encore à régler l’information du système de planification afin d’avoir une meilleure maîtrise du temps dans l’élaboration, la transmission et l’évaluation du PTA" a estimé le Professeur Awa Marie Coll Seck.
Elle a ajouté que "la synthèse des PTA doit servir à l’élaboration de deux documents importants, le projet de budget et le projet annuel des performances qui décline les résultats à réaliser en fin d’année".

"Les budgets se feront désormais sur la base des PTA" a souligné le ministre de la Santé et de l’Action sociale.
La réforme des finances publiques de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) accorde plus d’importance à l’élaboration de ces PTA a analysé Awa Marie Coll Seck.

Selon elle, "les réformes introduites dans le secteur ont donné naissance à une architecture avec des programmes fonctionnels plus cohérents et en phase avec les exigences des réformes de l’UEMOA".
"Cette dynamique de mise en place d’un cadrage cohérent de mobilisation et de gestion rationnelle des ressources pour tendre vers la couverture sanitaire universelle, est consolidée par l’élaboration d’une stratégie nationale de financement de la santé et un plan d’investissement sectoriel" a-t-elle fait remarquer.

 

 

   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal