Lutte contre le Sida : Des experts formés sur le système électronique de notification des cas de Vih


Le Soleil : Une formation sur le système électronique de notification des cas de Vih/Sida, version « off-line » (sans connexion Internet), réunit, depuis hier, des experts venus des différentes régions du Sénégal.

L’Institut de recherche en santé, surveillance épidémiologique et formation/réseau africain de recherche sur le Sida (Iressef), sis à Diamniado, est en train de former une soixantaine d’experts sénégalais sur le système électronique de notification des cas de Vih/Sida, version « off-line » (sans connexion Internet).

Pour le directeur de l’Iressef, le Pr Souleymane Mboup, l’objectif de cet atelier de formation est de mettre en place cette version du programme Sencas. Laquelle va permettre, selon lui, de faire la saisie des données sans la connexion Internet. « Une fois la connexion rétablie, les données seront basculées directement dans le système », a-t-il expliqué, informant par la même occasion que le Programme Sencas a déjà équipé en ordinateurs certains sites de notification des cas de Vih/Sida. « Nous comptons le faire pour l’ensemble des 52 sites que compte le pays », a promis M. Mboup.

En présidant l’ouverture des travaux de cet atelier, la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), Dr Safiétou Thiam, a défini la notification des cas de Vih/Sida comme étant une stratégie importante pour la surveillance des maladies de manière générale. « L’outil électronique, présenté par l’équipe du Pr Souleymane Mboup, permet la notification des cas de Vih/Sida et peut être utilisé « off line », a-t-elle précisé.

A l’en croire, la notification des cas complète les autres batteries d’intervention mises en place pour surveiller le Vih/Sida au Sénégal et même dans la sous-région. « Nous avons la surveillance sentinelle et les enquêtes biologiques comportementales que nous effectuons au niveau des populations cibles de notre programme », a fait savoir Mme Thiam. Elle a indiqué que cette notification électronique permettra d’avoir le numéro de chaque patient et de pouvoir le suivre surtout dans le cadre de la stratégie qui aidera le Cnls à détecter les Personnes vivant avec le Vih et les mettre sous traitement, pour qu’elles ne transmettent pas le virus. Le Sénégal, d’après le Pr Souleymane Mboup, est engagé dans le concept des trois 90 %. Il s’agit d’éradiquer le Sida en détectant 90 % des personnes qui ont le virus, de traiter 90 % des personnes vivant avec le Vih et de faire en sorte que 90 % de ces personnes puissent bénéficier d’un traitement efficace. « C’est pour cette raison que nous avons décidé, avec nos partenaires, de développer le logiciel de notification des cas du Vih », a déclaré l’enseignant-chercheur.

Le logiciel a été déjà expérimenté à Dakar, Kaolack et Ziguinchor. « Nous l’avons étendu ensuite dans les autres régions qui n’en disposaient pas. Aujourd’hui, nous avons pris la décision d’élargir le logiciel en intégrant la version « off-line » qui peut marcher sans l’Internet », a-t-il rappelé tout en promettant que toutes les régions en seront dotées.

Mais avant cela, les experts en notification des cas de Vih doivent maitriser le nouveau logiciel. D’où l’importance de cet atelier de formation.

Le Sénégal, selon le directeur de l’Iressef, est l’un des rares pays à disposer d’un système de surveillance du Vih le plus constant, le plus régulier et diversifié.

Le Pr Amadou Bamba Sow, de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, et le représentant de l’Agence fédérale santé publique américaine se sont félicités de la tenue de cette formation.

 

 

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal