Lutte contre le Sida : Les résultats du plan stratégique à mi-parcours jugés encourageants


Le Soleil : Le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) a évalué les résultats à mi-parcours du plan stratégique de lutte contre le Sida 2014-2017.

Les acteurs de la lutte contre le Sida ont partagé, le 2 novembre 2016, les résultats de la revue à mi-parcours du plan stratégique de la lutte contre le Sida (2014-2017). Selon la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida, Dr Safiétou Thiam, des résultats encourageants sont notés. Elle a révélé qu’au Sénégal 70% des femmes en consultations prénatales ont accès à la prévention de la transmission du Vih de la mère à l’enfant. Près de 50% des Personnes vivant avec le Vih (PvVih) sont sous traitement antirétroviral (Arv). Elle a rappelé que l’objectif du Sénégal est d’atteindre, en 2020, un taux de 90%. « Nous sommes à 40% de cet objectif », a fait savoir Mme Thiam, soulignant qu’il est important, après deux années d’exécution, d’évaluer et de réorienter les activités.

La représentante du Réseau national des PvVih, Soukèye Ndiaye, a dénoncé les ruptures récurrentes de molécules et les pannes répétitives ou manque de réactifs des appareils de charge virale et de Cd4 notées ces dernières années. Elle a aussi déploré l’absence de programmes d’accompagnement des jeunes et des adolescents vivant avec le Vih. « Il urge de repenser les stratégies qui avaient fait du Sénégal un pays de référence. Si nous continuons sur cette lancée, ce seront des années d’acquis et de réussites qui seront perdues et la réponse risque d’en pâtir », a-t-elle averti.

Le représentant de l’Onusida, bureau pays, Demba Koné, a évoqué le leadership du Sénégal en matière de lutte contre le Sida. « Cependant, force est de reconnaître que des défis (…) devront encore être surmontés, en vue de rendre ces progrès irréversibles et tendre résolument vers la fin de l’épidémie », a-t-il souligné.

S’appuyant sur le dernier rapport de progrès contre le Vih, M. Koné a soutenu que 48 % des PvVih n’ont pas encore accès au traitement au Sénégal. Aussi, 53% des femmes enceintes séropositives n’ont pas accès aux antirétroviraux leur permettant de rester en vie et de prévenir l’infection de leurs enfants. « Moins de 50% des enfants nés de mères séropositives ont accès aux traitements. Nous reconnaissons que cette situation n’est pas particulière au Sénégal et qu’elle est, du reste, la réalité dans plusieurs pays de la sous-région », a-t-il indiqué.

Le directeur de la Lutte contre la maladie au ministère de la Santé, Dr Marie Khemess Ngom Ndiaye, a rappelé que l’Etat met, chaque année, 4 milliards de FCfa pour l’achat des Arv. « Plus de 19 milliards de FCfa sont dépensés par les autorités gouvernementales ces 5 dernières années. Mais cela ne suffit pas », a-t-elle reconnu.

 

Le Forum de Discussion

Que pensez vous de la CMU ? - *





indiquer votre choix.

Vidéo du mois

JW Player goes here


   MSAS, Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal