Le Soleil : Le Sénégal, qui s’est engagé à mieux gérer les urgences dans les structures de santé, ne compte que 60 urgentistes. Cependant 30 autres sont en formation. «C’est déjà bien parce que le métier d’urgentiste est nouveau dans notre pays», a fait savoir le Pr Mamadou Diarra Bèye, chef du Service d’assistance médicale d’urgence (Samu).
Il a précisé que l’urgentiste est un diplômé universitaire, mais pas un spécialiste. Si l’Etat met des moyens conséquents à la disposition des urgentistes, ces derniers pourront réduire de moitié des morts subites ou des arrêts cardiaques notés de plus en plus au Sénégal. Pr Bèye a plaidé aussi pour une mise en place des unités pour la prise en charge des Accidents vasculaires cérébraux (Avc).
«Ces pathologies chroniques sont fréquentes maintenant au Sénégal. Malheureusement, il y a trop de retard dans la prise en charge qui doit se faire dans la première heure qui suit l’accident pour permettre de récupérer la victime», a indiqué Pr Mamadou Diarra Bèye.